Compostez…

Tout savoir sur le compostageLe compostage est quand même une des réponses la plus écologique pour traiter les bio déchets de jardin et de cuisine.

Les avantages :

  • Réduction des volumes de déchets collectés, transportés par camions et incinérés
  • Des économies dans le cadre de la redevance incitative
  • Obtenir un produit de qualité agronomique et réduire l’utilisation des engrais et des pesticides.

Composter : Oui, mais pas n’importe comment…

La technique :

Un bon compostage, utilise l’oxygène, donc l’air, dans son mécanisme de développement. Le traitement des bio-déchets doit être réalisé selon un procédé associant le compostage aérobie et le lombricompostage. Le compostage anaérobie qui n’en utilise pas, produit de l’hydrogène sulfuré qui dégage des mauvaises odeurs d’oeuf pourri.
Il peut arriver que votre compost aérobie, de part son manque d’oxygène, développe des bactéries anaérobies et rejettent du méthane et fabriquent un compost toxique et malodorant . Pour y remédier, il convient de procéder régulièrement à son aération et d’équilibrer les apports.

L’introduction de lombrics dans votre de compost va vous éviter cette aération manuelle. Les lombrics vont se charger de mélanger les matières, d’accélérer leur décomposition et d’aérer le compost.
Un traitement total de bio déchets en compost prend environ 3 mois et passe par différentes phases en fonction de l’évolution de sa température.

Que composter ?

Des matières azotées :

  • Fruits et légumes, épluchures
  • Feuilles vertes (orties, fanes de légumes, fleurs…)
  • Tontes de gazons : par petites doses, en couches ou après séchage.

Des matières Carbonées :

  • Feuilles mortes
  • Copeaux de bois (litières de rongeurs domestiques, branchages broyés mais pas le noyer
  • Marc de café et filtres à café, sachets de thé
  • Papier et cartons non traités : rouleaux de papier toilette et essuie-tout, boites d’oeufs.

Les autres matières mais en + petites quantités :

  • Coquilles d’oeufs (apport de calcium), le pain
  • Restes de repas : légumes cuits, pâtes, riz en évitant la viande et le poisson qui peuvent apporter salmonelles et listéria.
  • Agrumes : en petites quantités car créent un milieu acide favorable à l’anaérobie.
  • Les cendres apportent phosphore et potassium à partir de bois non-traités.

Comment démarrer son compost ?

Pour bien démarrer un compost familial, nous vous conseillons :

  1. Une couche de fumier de cheval : 15 à 20 cm de crottin et de paille, a disposer à même le sol au fond du composteur.
  2. Un activateur de compost : compost en travail composé de lombrics et de compost
  3. Déchets

Entretenir son compost ?

  • Veillez que le compost ne soit pas tassé mais rempli de petites poches d’air
  • Remuer le compost régulièrement (tous les 3 ou 4 mois) à l’aide d’une fourche
  • Lors de ces retournements, ajouter une couche de fumier de cheval pour homogénéiser le compost et le réactiver
  • Rajoutez également, de temps en temps, du purin d’ortie pour activer le processus de décomposition si vous constatez une stagnation.
  • L’hiver, vous pouvez recouvrir le compost de paille ou de fumier, la neige y fondera

Le suivi : utilisez vos 4 sens ?

  1. La vue :il ne doit pas y avoir de zone « gluante » ; exemples : un légume entier (radis, rave, melon…) qui pourrit ou gazon frais qui méthanise.Remède :Mélanger la zone au reste en ajoutant éventuellement des matières carbonées pour assécher (feuilles mortes, copeaux, papier, carton…). Il doit y avoir la présence des auxiliaires indispensables du compost : lombrics (Eisenia foetidia et hortensis), cloportes sur les endroits secs, collemboles (ressemblent à une petite crevette) et drosophiles (petites mouches) sur les endroits plus frais, puis des larves de hannetons et de cétoines popup (gros vers blancs)etc…Le compost mûr est de couleur marron foncé, presque noir.
  2. Le nez : Le compost ne doit pas sentir mauvais. Si c’est le cas, c’est un problème d’aération , de présences de pourritures , trop d’eau..
  3. Le toucher : Une poignée de compost ne doit pas rejeter d’eau. S’il pleut trop, couvrir le composteur pour éviter le trop-plein d’humidité. S’il fait trop sec, arroser le compost et le couvrir pour éviter l’évaporation.
  4. La fourche, le croc à fumier : Pour retourner, manipuler et utiliser le compost

Les expériences et initiatives qui font avancer le schmilblick.

Projet URBIOTOP

Le projet Urbiotop, basé à Saverne (67) dont La Vague Eco est partenaire, consiste à proposer la réduction du volume de collecte des déchets bio dégradables en les retirant du cycle traditionnel des décharges et incinérateurs. Les déchets sont collectés, auprès des restaurants, selfs, cantines d’entreprises, particuliers, immeubles collectifs…et sont ensuite lombri-compostés sur une ferme agricole pilote.

Aire de stockage des déchets  et hangar de compostage

Un service de ramassage dans les points de collecte, est organisé plusieurs fois par semaine en fonction des volumes.

Composteur avec les lombrics en plein travail et récupération du jus de lombri-compost

Les produits obtenus sont valorisés en compost, lombri-compost, activateur de compost et purin de compost afin de réduire l’utilisation des produits chimiques (engrais et pesticides).

On obtient un thé de lombri-compost, fertilisant 100% naturel

Ces produits naturels sont utilisables en agriculture biologique et commercialisés auprès des collectivités (espaces verts des communes, paysagistes et jardins de particuliers.

Après une année d’existence, Urbiotop est à même de proposer aux Smitcoms, collectivités, syndic d’immeubles et particuliers, des solutions d’équipement ( composteurs individuels) et de recyclage des déchets ménagers, complémentaires de la mise en place progressive et incontournable de la redevance incitative.

Plusieurs projets de site de collecte sont en préparation sur l’Alsace dont un, en préparation sur Brumath.

La pesée embarquée :

Dannemarie, dans le haut-Rhin est une des premières communes de France à expérimenter la pesée embarquée : on paye se que l’on produit, d’où l’intérêt de faire son compost et de trier ses déchets.
Ce système n’est cependant réalisable que dans des situations spécifiques où prédomine l’habitat individuel.

Pour être tenu informé contactez-nous via le formulaire de contact.

Plus d’informations :

Composteurs :

Activateurs compost :

  • Urbio Activ, seau de 10 kg, indispensable au démarrage d’un compost individuel ou pour revitaliser un compost existant.

Thé de lombricompost :

  • Urbio Boost, offrez du caviar à vos fleurs et plantes en pots.

Urbiotop :

Pesticides :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>